Acteur historique de la publicité sur internet, AdUx (FR0012821890 – HIM) a subi de plein fouet la crise du secteur. Le changement de nom de l’ex-HiMedia caractérise la mutation stratégique enclenchée par le groupe, avec l’abandon de l’activité historique de régie publicitaire pour se recentrer sur la commercialisation de plateformes technologiques et le conseil média. Ce revirement vers “une activité stratégiquement et financièrement plus saine” assorti d’un rapport rendement/risque “intéressant” conduisent Portzamparc à initier la couverture de l’action avec une recommandation à Renforcer et objectif de cours de 5,2 euros, soit un gain potentiel de 15,6%.

Dans leur note d’analyse, Anthony Dick et Maxence Dhoury de Portzamparc relèvent qu’”AdUX a pu profiter de son agilité pour (…) se tourner vers de nouveaux modes de publicité plus en phase avec l’évolution du marché”. En outre, la société dispose d’une situation financière saine (environ 5,7 millions de disponibilités), qui peut lui permettre d’accélérer le développement de ses nouvelles activités. Notamment en matière de publicité native, via la marque Quantum, qui “affiche d’importants relais de croissance”, via l’ouverture de bureaux en Grande-Bretagne et en Allemagne, note Portzamparc.

AdUx, qui a renoué avec un résultat brut opérationnel positif en 2016, vise un Ebitda à deux chiffres, ce qui semble envisageable à moyen terme pour Portzamparc. Les nouvelles activités de la société devraient avoir un bon impact sur la rentabilité, avec l’augmentation du chiffre d’affaires. Si le marché publicitaire reste compliqué et souffre d’une faible visibilité, la société de Bourse estime que le titre “offre désormais un potentiel d’appréciation intéressant et ce, malgré l’importante prime de risque accordée au dossier”.

Avec capital